wikimontre : l’art de l’émail : chapitre 1


montre ancienne émaillée visible lors de l'exposition organisée par la Fondation de la Haute Horlogerie lors du Salon Belles Montres à Paris

Presque depuis les origines de l’horlogerie, l’émail couvre les cadrans des montres. Cette matière inaltérable, douce, délicate à travailler et fragile une fois solidifiée, fait aujourd’hui encore l’objet de bien des passions. Cet art dont seuls quelques maîtres détiennent encore les secrets, fait partie des fantasmes des amateurs, mais demeure fondamentalement méconnu du grand public.


l’émail est depuis longtemps et presque depuis la nuit des temps employée en orfèvrerie et en bijouterie. Ainsi, l’émail apparaît en Occident comme un art majeur dans le courant du premier siècle avant Jésus-Christ. On le dit venu de la Chine ou de l’Inde par l’antique route de la soie. Une chose est certaine : cette technique agréable au regard et haute en couleur accroissait l’image du luxe de bijoux tribaux en les associant à l’art du feu et en leur offrant de conserver inaltérables, des teintes fortes. Ainsi, sur certaines pièces de parures comme des broches, des ornements de ceintures ou des fibules des peuples Eduens, par exemple, les archéologues ont parfois retrouvé des traces d’émaillage. Mais il faut attendre le VIè siècle de notre ère pour voir se répandre cette technique consistant à faire fondre sur une base métallique, des cristaux d’émail pillé mélangés à des colorants fabriqués à partir d’oxydes métalliques. Le bijou émaillé s’impose alors lentement comme un symbole de pouvoir et la religion chrétienne contribue à sa rapide propagation. Finalement, au XIIè siècle, l’émail s’impose comme un art majeur en orfèvrerie et des villes comme Liège, Cologne ou Limoges deviennent de grands centres spécialisés dans la fabrication d’objets émaillés. La technique la plus ancienne et la plus employée jusqu’au XVè siècle est celle dite du « cloisonné ». Dans ces créations dont l’Italie du quattrocento eut la passion, chaque couleur d’émail est délimitée par un fil métallique soudé à la plaque portant la matière. Cette technique extrêmement délicate est encore employée pour certaines marques d’horlogerie, mais le coût unitaire limite son emploi à quelques rares et pièces d’horlogerie onéreuses.


posage de l'émail au calame ou à la plume avant cuisson. image Cartier

L’expansion de la peinture sur émail


L’apparition des montres de poches durant la renaissance, la présence des centres de pouvoirs sur les bords de Loire, la proximité de Limoges ont très largement contribué à généraliser l’art de l’émail sur des bijoux emportant des mouvements mécaniques susceptibles, parfois, de donner l’heure. Face à un nouvel engouement des élites pour les bijoux à porter, les objets émaillés de grande taille tendent à disparaître. Inversement apparaissent des travaux réalisés par des spécialistes de la peinture de scénettes de genre. Durant tout le XVI, XVII et XVIIIè siècle, cet art conservera toujours la faveur des acheteurs et l’on trouve dans les grandes collections et les musées, des merveilles toutes couvertes d’émaux extraordinairement peints de minuscules tableaux. Toutefois, au fil des ans, l’appréciation et les modes feront évoluer le travail de l’émailleur. Au XVIIè siècle, les surfaces d’émail se réduisent pour se résumer le plus souvent aux cadrans. Sans doute, la fragilité de cette matière et de nouveaux modes de porter, surtout après l’apparition du spiral inventé par Huygens en 1675, devaient inciter les émailleurs à réserver leur talent à une pièce moins directement sensible aux chocs.


décalque de peinture sur émail chez Jaquet Droz

Mais la mode est ainsi faite que les émaux devaient retrouver un certain lustre avec la « Restauration » puis le « Second-Empire ». Durant cette époque, les boîtiers retrouvent des émaillages spécifiquement translucides dont l’objet est de  valoriser, par effet de couleur et de transparence, un fin guillochage réalisé dans la matière à l’aide d’une machine spécifique. C’est alors le règne sans partage du guillocheur associé à l’émailleur.


La peinture sur émail et couleurs chez Donzé SA cadranier suisse réputé.

votre avis nous interesse

ça va vous intéresser

Wiki montre : aux origines de l’horlogerie navale
Wikimontre : Les fuseaux horaires qui font bande à part
Wikimontre : Heures légales et changements d’heure
Wikimontre : les métaux : le platine chapitre 2
Wikimontre : Les métaux : l’argent
wikimontre : l’art de l’émail : chapitre 4
wikimontre : l’art de l’émail : chapitre 3
wikimontre : l’art de l’émail : chapitre 2

Découvrez

Andy Murray
Patek Philippe Chronographe à Quantième Perpétuel
Nicole Kidman
JAEGER-LECOULTRE Vente Unique chez Artcurial
L’excellence par Glashütte Original
Hamilton Thin-O-Matic Un design ultra plat porteur d’histoire