wikimontre : l’art de l’émail : chapitre 2



pillage de l'émail dans un creuset en agathe. Cartier (c)


Avec l’arrivée sur le marché des montres-bracelets, l’art de l’émaillage a progressivement disparu au profit de celui des cadraniers, poseurs d’appliques et peintres vernisseur. L’art cédait sa place à l’industrie alors que, pendant pratiquement 50 ans, les émailleurs, intégrés aux grandes manufactures étaient parvenus à pousser leur art jusqu’à parvenir à produire des milliers de cadrans en série et à des niveaux de qualité pratiquement inégalés depuis. À force de s’effacer, la technique de l’émaillage a pratiquement disparu des offres contemporaines en dehors de quelques maisons dont cette matière est devenu en quelque sorte une marque de fabrique. Mais voilà qui est logique puisque ce n’est pas la matière brute qui manque, mais la main d’œuvre qualifiée. Peu nombreux, ces artisans dont on peut dire que leur niveau de vie dépend de l’engouement du public sont à l’abri du chômage technique car leurs carnets de commandes sont pleins pour les années à venir tant ces pièces inaltérables et fragiles à la fois passionnent les foules.


Encadré : matière et couleur



Étude des colours de l'émail sur des supports adaptés. Cartier (c)


Mais il faut savoir ce qu’est l’émail. Il s’agit d’une substance cristalline qui, une fois réduite en poudre, vitrifie à haute température (800°c). Le produit à l’état natif est un composé complexe comprenant de l’oxyde de plomb (minium), de la silice, du sable quartzeux, qui se combine avec une base comme de la soude ou de la potasse grâce à des liants comme la magnésie, différents nitrates ou même du salpêtre.



four à émail donzé (c)


Translucide, la matière peut être coloré par l’ajout d’oxydes métalliques. Certains pigments utilisés en peinture à l’huile se retrouvent naturellement employés dans les émaux. Ainsi, le bleu est obtenu à partir du cobalt ; le vert, le brun rouge à partir du cuivre et selon le degré d’oxydation. Dérivés des oxydes ferriques donnent des couleurs « terre » ou brunes. Pour les variantes de jaune, l’émailleur recourt à des sels d’argent. Le blanc s’obtient quant à lui à partir d’oxyde de zinc (gris) ou d’oxyde de plomb (blanc) voir encore de titane.







Peinture sur un fond de Reverso précédemment émaillé. JLC (c)





votre avis nous interesse

ça va vous intéresser

Wikimontre : aux sources de l’automatisme
Wikimontre : micro-rotor
Wiki montre : aux origines de l’horlogerie navale
Wikimontre : les métaux : le platine chapitre 2
wikimontre : les métaux : le platine chapitre 1
wikimontre : l’art de l’émail : chapitre 4
Wikimontre : Robustesse horlogère : chapitre 1
Wikimontre : La Précision suite 4

Découvrez

Les 50 montres les + stylées 3/10
Louis Moinet – Jurassic Watch
Panerai présente son nouveau livre
Is AIGHT the new Black?
SIHH 2017 – Un salon en mutation
H. Moser & Cie Endeavour Centre Seconds Concept Funky Blue