Interview de Philippe Boven d’Arnold & Son


Pilippe Boven d'Arnold & Son

Philippe Boven, Senior Sales VP est aujourd’hui en charge de la marque anglaise Arnold & Son qui n’est plus, depuis 2010, une entité appartenant à « The British Master ». Autonome et indépendante, cette maison dont les bureaux et les ateliers sont aujourd’hui basés en Suisse, entend faire connaître le nom de cet horloger qui, au XVIIIième siècle a très largement contribué au rayonnement de l’Angleterre grâce à la précision de ses instruments. Aujourd’hui, cet amoureux des montres et de leur histoire qui ne cache pas avoir beaucoup de plaisir à porter une montre de poche pour son confort de lecture et le plaisir de pouvoir « tenir le temps », un peu comme dans le creux de sa main, a bien voulu se prêter au jeu des questions et des réponses.

Question 1 :

Quels sont vos meilleurs souvenirs d’enfance liés à l’horlogerie


Alice aux Pays des merveilles et

la toujours impressionnante « pendule Neuchâteloise » !


Question 2 :

Quelle est la chose principale qui vous procure une émotion dans une montre


Dans une montre mécanique un balancier spiral, car comme le coeur, il bat !


Question 3 :

L’ouvrage littéraire, la peinture ou le film qui vous a le plus marqué et qui est, pour vous, le plus représentatif de la notion de temps


L’ouvrage « Longitudes » de Dava Sobel. un résumé saisissant de l’époque du Grand Prix de la longitude, prix qui aida grandement l’Angleterre à devenir ce qu’elle fut au 18e siècle : un empire !


Mona Lisa, car « le temps » ne semble pas avoir d’emprise sur elle !


Question 4 :

De tous les modèles de l’année, quel est celui que vous porteriez avec le plus de plaisir ou que vous trouvez le plus représentatif de votre implication dans le métier.


La TB88 car elle représente au mieux l’incarnation à la fois du passé en puisant dans ses origines et du présent en ayant l’humilité de l’adapter aux attentes de nos clients finaux !

Question 5 :

Quelles sont les perspectives futures de l’horlogerie, selon vous…

Avenir indéniablement difficile ne laissant plus beaucoup de place, si ce n’est à des opportunités faites d’audace, de perspicacité, de vision et d’écoute des différentes composantes du marché horloger.


Arnold & Son TB 88 : une pure merveille d'équilibre archiectural inspiré juste ce qu'il faut des chronomètres du passé.


votre avis nous interesse

ça va vous intéresser

Nouveau musée Audemars Piguet
Dans le bureau de François-Henry Bennahmias
Saga d’une montre:Montre Rotonde de Cartier 35 mm en or gris, décor koala, marqueterie de paille
Boutique Glashütte Original : À l’heure de Paris
Interview : Eric A. Loth : un visionnaire qui garde un oeil sur le marché
wikimontre : l’art de l’émail : chapitre 1
Portrait d’un dirigeant : Alain Zimmermann CEO de Baume & Mercier
La Fondation de la Haute Horlogerie accueille Bovet 1822 parmi ses partenaires

Découvrez

Le Longines Paris Eiffel Jumping investit le Champs de Mars
Vacheron Constantin 57260
Frédérique Constant ouvre une boutique en Chine
JAEGER-LECOULTRE – UNIQUE AUCTION
Annouck Lepère
Scoop : Jay-Z infidèle… à Hublot?