Wikimontre : Audemars Piguet Royal Oak : 40 ans d’une légende qui s’écrit au jour le jour


Royal Oak de 1972

À une époque où le vent de la contestation avait atteint la classe d’âge du baby boom, entre les barricades de mai 1968 et le premier choc pétrolier, entre les premières montres à quartz de série et la révolution des designs horlogers qui ont laissé des traces dans l’inconscient collectif, se trouvait au Brassus -un petit village dans la vallée de Joux au cœur du Jura suisse- une  manufacture spécialisée dans la fabrication de montres à grande complications et de calibres ultra plats qui avait pour ambition de sortir du lot des marques, en présentant, en 1972, un instrument aux caractéristiques originales sinon décalées.

Pour réaliser sa montre, elle fit appel à Gérald Genta, un jeune designer d’origine piémontaise et installé sur Genève. On dit, mais c’est sans doute une légende, qu’il mit une nuit pour créer ce modèle devenu depuis emblématique. Et comme depuis l’archéologue Heinrich Schliemann -celui qui découvrit la ville de Troie- on sait que toute légende recèle une part de vérité, il y a fort à parier qu’il ne mit pas bien longtemps pour proposer ce nouveau volume à la direction. En termes d’innovation, il proposa un dessin radical dont les grandes lignes sont  inspirées d’un hublot de bateau avec une lunette et un fond vissés ensemble par des vis traversantes sur une carrure en acier associée à un bracelet métallique monté sur la boîte sans cornes, mais par les maillons intermédiaires.

On rapporte aussi que c’est de cette inspiration de hublot de bateau que lui vient son nom. Évidemment, au sujet de ses origines et de sa fameuse lunette octogonale, beaucoup de choses ont été dites et écrites. On retiendra que le nom de Royal Oak a été retenu car l’octogone rappelait la forme très particulière des sabords d’un navire de haut rang de la marine anglaise du XVIIIième siècle. Le département communication devait s’emparer de cette vision car cela permettait de coller à ce nouvel instrument en acier de 39 mm de diamètre, vendu au prix d’une montre en or, une image virile et presque martiale. Cela tombait bien, car la présence de son calibre mécanique à remontage automatique extra-plat de manufacture ref. 2121 et de son étanchéité garantie jusqu’à 50 mètres seulement, ne l’associait pas directement à une montre de sport au look totalement inédit.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, cette montre anticonformiste et spectaculaire, arrivée en 1972, soit quelques années avant la grande crise du quartz, a toujours été en avance sur son temps et a marqué d’une empreinte forte l’histoire de la manufacture Audemars Piguet. Avec les années, et parce que seuls les produits forts perdurent, on a retenu de ce modèle qu’il fut considéré comme la première montre de sport de luxe de l’histoire. Mais ce n’est pas nécessairement son prix ou sa taille, supérieure à la moyenne de l’époque, qui ont fondé sa légende. C’est la somme des innovations qu’elle comporte. Et il est vrai, aucune montre des années 70 n’est parvenu à associer le caoutchouc (visible pour le joint d’étanchéité de la lunette) à la présence brute des vis sur la lunette, en passant pas le cadran contemporain créé par Roland Tille sur ses tours à copier (pentographes à reproduction de motifs pour les gravures des boîtes de montres datant du XIXième siècle), dont l’aspect « tapisserie », sans doute inspiré des peinture de Vasarely, connotait la forme des plaquettes de chocolat suisse.

La réussite de ce modèle qui fête, cette année, ses 40 ans est une vraie réussite esthétique et un modèle d’équilibre graphique parfaitement identifiable au poignet. Voilà sans doute la raison principale de son succès. Un succès qui n’a pas été démenti avec les années et qui a su être décliné avec succès comme nous le verrons dans une prochaine saga.

votre avis nous interesse

ça va vous intéresser

Départ de Monsieur Fausto Salvi du poste de CEO de Perrelet
Saga d’une montre:Montre Rotonde de Cartier 35 mm en or gris, décor koala, marqueterie de paille
Saga d’une montre : Glashütte Original Seventies Panorama Date
Wikimontre : Les fuseaux horaires qui font bande à part
Wikimontre : lesmétaux de l’horlogerie : le bronze
wikimontre : l’art de l’émail : chapitre 1
La précision au Siècle des Lumières
Wikimontres : entretien courant Chapitre 2 : conseils généraux

Découvrez

Tag Heuer en pointe à Courchevel
Richard Mille 4/4 : “Ce nom va marquer l’histoire de l’horlogerie”
Duomètre unique Travel time Jaeger-LeCoultre
Léo Messi
Piaget exclusif pour Dubail
Nouvelle Ambassadrice Frédérique Constant