anatomie d’une montre : les montres à l’heure de l’hiver



Les sports d'hiver ont toujours attirés les marques horlogères... Normal, le ski a toujours été un sport de classes sociales aisées et donc susceptible d'être clientes. Ici dans les années 60 avec la marque Longines

A force de vivre avec nos montres au poignet, on en vient à oublier que ces petites bêtes là ont une vie propre et qu’elles interagissent avec l’environnement. Paramétrées pour avoir une température de fonctionnement sensiblement égale à celle du corps du porteur, les horlogers y ont placé des huiles dont la fluidité optimale correspond à un spectre de température allant de 20 à 45 degrés centigrade. Avec l’hiver approchant, ces conditions idéales ne seront plus toujours respectées et  risquent d’endommager le délicat mécanisme.



huilage des mouvements Rolex à la manufacture de Bienne



D’accord, il est fini le temps des huiles de pied de bœuf raffinée qui résinifiaient en deux ou trois ans, quand ce n’était pas plus tôt et qui figeaient dès le point de givre atteint. Les Esther Glycol employés actuellement sont plus efficaces dans un plus large spectre de températures et leur caractère synthétique les préserve en partie d’une gélification ou d’une liquéfaction.



Outil pour les huilages des mouvements Rolex à la manufacture de Bienne




Toutefois, il ne faut pas trop en demander même à la science. Breguet le savait au point qu’il aurait dit « donnez moi la meilleure des huiles, je vous ferai la meilleure des montres ». Aujourd’hui, la voie suivie par les horlogers est de chercher des solutions pour se passer de lubrification. Logique puisque personne n’a trouvé le lubrifiant idéal capable de ne pas se sauver de son logement au moindre choc, insensible au froid et au chaud…



ID2 de Cartier

L’huile à viscosité constante est à inventer. Faute de cela les marques ont opté pour le silicium ou des traitements de surface permettant le maintien en place du lubrifiant…

Car tout est là, beaucoup de marques qui s’aventurent dans la voie du fonctionnement à sec oublient de préciser que le lubrifiant employé n’est effectivement plus de l’huile traditionnelle, mais un agent lubrifiant d’une nature ou d’une autre, épilamé (mis sous vide ou en pulvérisation ou mis en place par des procédés tels que le DLC…



Jaeger-LeCoultre Extreme Lab 1



Faute de posséder une Master Compressor  Extreme-Lab de Jaeger-LeCoultre, une ID2 de Cartier et quelques autres modèles comme une Omega avec mouvement de manufacture à échappement Coaxial ou la nouvelle génération de montre Optimum produite par François Paul Journe, il sera préférable de  faire attention de ne pas prendre froid à son garde-temps préféré à l’occasion des sports d’hiver…



échappement coaxial d'Omega initialement prévu pour fonctionner sans huile



La suite dans : anatomie d’une montre : Les montres à l’heure de l’hiver 2 : Conseils et astuces…


votre avis nous interesse

ça va vous intéresser

Chopard L.U.C XPS : l’heure de l’épure
Tudor Heritage Chrono Blue : le futur est en marche
Anatomie d’une montre : Les montres à l’heure de l’hiver 2 : Conseils et astuces…
Cartier ID Two : le futur du temps en toute transparence
HD3 SLYDE Digitale et Tactile : complications virtuelles
Anatomie d’une montre : Zenith Pilot Big Date Special
Anatomie d’une montre : Tudor Heritage Black Bay
interview : rencontre avec Anita Porchet chez Piaget

Découvrez

Longines HydroConquest Chronographe Automatique
Nouveautés Rolex Baselworld
MONDAINE Simply Elegant
Bell & Ross partenaire des “Ailes de Saint Tropez”
EBERHARD & Co Chrono 4 Géant Edition limitée titane
Wikimontre : Audemars Piguet Royal Oak : 40 ans d’une légende qui s’écrit au jour le jour