Richard Mille 1/4 : “Mon projet portrait en lui tous les germes de l’échec”

Alors que les rumeurs bruissent sur le rachat prochain de la société de haute-horlogerie créée en 2001 par Kering (ex-PPR), LVMH ou d’autres géants du luxe, le créateur passionné revient sur la genèse de son aventure dans le luxe extrême et son succès incroyable. Il nous a reçu dans la galerie du Plaza Athénée, le palace parisien où il a ses habitudes lorsqu’il est à Paris et qui fait un peu figure de bureau pour RM. “Mon projet portait en lui tous les germes de l’échec”, s’amuse rétrospectivement celui qui a repoussé les frontières technologiques de l’horlogerie, créant les gardes temps 3.0. Aujourd’hui, premier épisode d’une série qui en compte 4, consacrée à celui qui fait figure d’horloger de l’année (au moins).

votre avis nous interesse

ça va vous intéresser

SIHH 2015 : une édition du 25è anniversaire très riche
Péquignet, l’horloger français ultime
Richard Mille, les montres qui valaient 3 milliards
Romain Jérôme, le Jules Vernes de l’horlogerie
Les 50 montres les + stylées 2/10
Richard Mille 2/4 “La marque a des fondamentaux très solides”
Monica Belluci en pince pour la Crash
ADN : BELL & ROSS FETE SES 20 ANS

Découvrez

A.L. Breguet : l’horloger de Waterloo
Les 50 montres les + stylées 2/10
Pascal Papé
Braquage chez Cartier à Paris
Wikimontre : Métiers d’art chapitre 2 : la marqueterie de paille
GRAHAM Chronofighter Fortress