Breitling partenaire de l’Airbus A400M

Airbus M400A et Breitling pour L'OptimumAirbus M400A et Breitling pour L'Optimum 

Fleuron de l’industrie française, Airbus vient de mener un exercice de haute volée avec Breitling. Une opération pour laquelle les pros de la voltige portaient le dernier-né de la marque, un chronographe de survie unique au monde, l’Emergency II. Faire voler en formation un prototype de l’avion de transport militaire le plus moderne du monde avec une patrouille acrobatique internationale… L’événement ne pouvait avoir lieu qu’à Toulouse, capitale de l’aéronautique où s’est installé l’avionneur Airbus. C’est la première fois que l’Airbus A400M, nom de code « Grizzly », participait à ce type d’expérience. Un exercice qui a requis tout le professionnalisme de l’équipage afin de coordonner la manœuvre, à quelques dizaines de centimètres près, d’un mastodonte de plus de 90 tonnes, long de 45 mètres, au milieu d’un essaim de huit chasseurs 20 fois plus légers que lui, le tout à 500 km à l’heure. Cette performance demande préparation et répond à un timing des plus précis, coordonné par la dernière-née de la manufacture Breitling.

Airbus M400A et Breitling pour L'OptimumAirbus M400A et Breitling pour L'Optimum

Depuis plus de soixante ans, Breitling rime avec aviation – les ailes de son logo ne sont pas usurpées. La marque équipe, en effet, la majorité des patrouilles acrobatiques militaires, comme les Frecce Tricolori de l’Aeronautica Militare ou la Patrouille de France, les instructeurs de Top Gun, l’école des Chasseurs de l’US Navy. En outre, elle sponsorise plusieurs champions du monde de voltige aérienne et entretient la plus grande patrouille aérienne privée évoluant avec des chasseurs à réaction, la Breitling Jet Team. Cette formation, qui se produit dans les plus grand meetings aériens, se compose majoritairement d’anciens pilotes de la patrouille de France autour de son leader Jacques Bothelin, l’un des pilotes d’acrobatie aérienne les plus expérimentés du monde, qui compte à lui seul plus de 11 000 heures de vol sur 145 types d’avion. Et un banc test unique pour une marque d’horlogerie qui cultive une spécificité aéronautique incontestable.

Airbus M400A et Breitling pour L'Optimum Airbus M400A et Breitling pour L'Optimum

En 1995, Breitling produit, en coopération avec Dassault électronique, le premier chronographe de survie équipé d’un micro-émetteur calé sur la fréquence de détresse internationale. Baptisé « Emergency », il sera produit à 40 000 exemplaires. En cas de crash ou d’urgence, son propriétaire déclenche sa balise qui permet aux sauveteurs de le repérer plus aisément par triangulation goniométrique. « L’Emergency » sera utilisé une vingtaine de fois avec succès par un parachutiste militaire suisse, tombé en pleine nuit dans une vallée alpine isolée et par des navigateurs en détresse au large. Elle ne sauvera pas l’aventurier milliardaire Steve Fossett, qui ne portait pas la sienne lors de son crash, le 3 septembre 2007, dans la région escarpée et très isolée de Mammoth Lakes, à l’est de la Californie, mais contribuera à entretenir la légende de l’homme aux 116 records.Coup de théâtre, le 1er février 2009, la fréquence de détresse 121,5 MHz était abandonnée au profit d’une nouvelle procédure.

Airbus M400A et Breitling pour L'Optimum Airbus M400A et Breitling pour L'Optimum

Après quatre ans de mise au point, Breitling a mis au point « l’Emergence II », qui intègre la première balise de détresse bi-fréquence conforme aux spécifications du système international d’alerte aux personnes en détresse par satellites Cospas-Sarsat. Celle-ci permet à la fois de lancer l’alerte et de guider les opérations de localisation et de sauvetage. Construite autour d’un boîtier imposant de 50mm en titane robuste, léger, anti-magnétique, résistant à la corrosion et anallergique, ce garde-temps abrite un mouvement Manufacture, thermocompensé SuperQuartz™, dix fois plus précis que le quartz standard et certifié chronomètre par le Cosc (Contrôle officiel suisse des chronomètres), multifonction et dont l’alimentation est indépendante du module de détresse. « L’Emergency » possède de nombreuses innovations en microélectronique et microtechnique, dont une batterie rechargeable lithium révolutionnaire d’une capacité d’au moins 24 heures à – 18°C, un émetteur travaillant sur deux fréquences, l’une pour l’alerte satellite sous la forme d’un bip d’identification toutes les 50 secondes avec une puissance de 3 W, l’autre émettant en continu pour le guidage terminal des moyens de secours. Un système inédit d’antennes, lui aussi conçu spécifiquement pour ce modèle, complète l’ensemble. La mise en œuvre, sans être trop compliquée, est assez contraignante pour éviter tout déclenchement involontaire.

Airbus M400A et Breitling pour L'Optimum

Chaque propriétaire d’« Emergency » devra s’inscrire auprès de l’agence Cospas-Sarsat (https://www.406registration.com/Default.fr-CA.aspx) pour permettre son identification.

Fiche technique de la balise Emergency II de Breitling 

Bifréquence d’émission : 121,5 MHz

et 406,040 MHz

Autonomie de l’émetteur : ≥ 18 heures à –20°C

≥ 24 heures à +20°C

Masse de la montre-émetteur : 140 g (sans le bracelet)

Spécifications techniques de la montre Emergency II de Breitling  Emergency II de Breitling

Boîtier : titane

Diamètre : 51 mm

Cadrans : noir Volcano; jaune Cobra; orange Intrepid

Airbus A400M

Longueur totale : 45,10 m

Hauteur totale : 14,70 m

Envergure : 42,40 m

4 moteurs : modèle EuroProp International TP400-D6 (turbopropulseur), 11 000 chevaux

Vitesse maximale : 0,72 Mach (780 km/h)

votre avis nous interesse

ça va vous intéresser

ROLEX et le Monte-Carlo Rolex Masters
Ralf Tech partenaire de professionnels de la plongée
Golf : 2è édition du Richard Mille invitational
Arts&Elégance Chantilly by Richard Mille
Tony Parker champion d’Europe en Tissot
Audemars Piguet exerce son swing
Le Ping Pong à l’heure Tissot

Découvrez

Le Longines Paris Eiffel Jumping investit le Champs de Mars
Vacheron Constantin 57260
Frédérique Constant ouvre une boutique en Chine
JAEGER-LECOULTRE – UNIQUE AUCTION
Annouck Lepère
Scoop : Jay-Z infidèle… à Hublot?