Rencontre avec Ricardo Guadalupe, CEO d’Hublot

Hier, Hublot (LVMH) a présenté à Paris son partenariat avec Italia Independent, la société du créatif transalpin Lapo Elkann. Une collaboration entre life style et horlogerie mécanique qui a été l’occasion de passer Ricardo Guadalupe, le patron d’Hublot, à la question.

Ricardo Guadalup

Q : Après la Big Bang Pop Art et le partenariat avec Mr. Brainwash en 2014 ,  le Hublot Design Prize et le partenariat avec Italia Independent en 2015 : peut on dire que l’art en général et le design font désormais partie de l’ADN de la marque ? 

R : On a une évolution sur les dix dernières années, depuis que je m’occupe de la marque avec Mr. Biver : on a exploré des mondes différents. Le monde du sport était évident puisqu’Hublot  vient du monde de la voile, des bateaux ; l’exploration du football qui reste un pilier de la marque, le monde de l’automobile avec Ferrari et on aimerait explorer de nouveaux mondes comme l’art et le life style.  Le consommateur est aujourd’hui multi-facettes : on va aussi bien voir un match de football qu’un grand prix de formule 1 et on voyage aussi. Donc la personne voit Hublot dans tous ses mondes et voit alors qu’Hublot fait partie de son monde. C’est pourquoi on pense que l’art et ici le life style, sont des mondes intéressants pour nous. Mais Italia Independent nous amène aussi une nouvelle vision créative du produit : je ne pense pas que nous aurions créé ce produit si nous n’avions pas eu cette collaboration avec eux car les idées, de Lapo Elkann notamment, de venir avec une montre toute bleue, avec différents tons, avec du jeans sont nouvelles. Il y a donc beaucoup qui vient de ce partenariat humain et qui apporte beaucoup à la marque : nous sommes au début d’une aventure.

Hublot

Q : Vous lancez une montre faite d’un nouveau matériau, le Texalium, et qui est animée par le mouvement Unico, 100% Hublot. La marque est associée à “l’art de la fusion entre innovation et tradition”. Pensez vous que l’innovation prend désormais le pas sur la tradition ? 

R : Je ne pense pas car la tradition elle se fait et se construit avec le temps. Elle n’a pas seulement 300 ans, elle a 10 ans aussi. La montre noire est devenue traditionnelle, on participe à la construction de la tradition en horlogerie, et le noir est aujourd’hui une référence qui n’existait pas il y a 20 ou 30 ans : c’est devenu une couleur traditionnelle. On garde toujours cet esprit de tradition car sur chaque mouvement, même si il parait très moderne, il y a toujours un savoir-faire derrière : des horlogers, des graveurs, des angleurs, des polisseurs…. C’est toute une intégration de métiers traditionnels qui existe chez Hublot et qu’on cherche à associer à des technologies nouvelles. Si une technologie permet de faire mieux qu’une opération manuelle pourquoi ne pas l’utiliser ? Il faut utiliser la main si elle apporte une valeur additionnelle qui ne peut être remplacée par la technologie.

Q : On parle beaucoup des smartwatch, ces montres connectées et d’autres marques s’adaptent à la tendance comme Frédérique Constant, ou encore Montblanc et son bracelet connecté ou IWC et le IWC connect. Comment voit on l’essor des montres connectées chez Hublot ? 

R : Nous sommes ouverts à la technologie et à ce coté innovation, mais nous sommes dans un monde différent de l’électronique car on fait des montres mécaniques, qui portent en elles une âme, des objets qui ont beaucoup de valeur et qui représentent quelque chose : c’est à travers une montre Hublot qu’on se différencie en la portant. L’objet connecté, car je ne parlerai pas de montre connectée, va standardiser tout le monde en terme d’apparence, donc je ne suis pas sûr que ça aura le succès que l’on croit. Mais il faut rester ouvert aux technologies et nous on pourrait imaginer que la montre reste ce qu’elle est aujourd’hui et qu’on pourrait avoir un bracelet connecté. On travaille sur cette voie là, avoir un bracelet connecté au sein d’un produit horloger mécanique très haut de gamme.

Q : Cette année célèbre les 10 ans de la Big Bang, vous avez rappelé la place forte des partenariats sportifs et automobile et vous vous associez maintenant au monde de l’art. Quelle est la prochaine étape de la marque en termes d’image ? 

R : Le monde de l’art nous n’en sommes qu’au début. On a fait cette opération avec Mr. Brainwash, aussi l’opération avec Romero Britto l’année dernière pour le mondial de football et on a fait un partenariat avec Depeche Mode aussi. Le monde de la musique nous intéresse aussi, l’idée d’un gros partenariat dans le futur. Ce que l’on veut c’est parler de ces différents mondes qui font partie de la vie des gens finalement. Les piliers restent le football et Ferrari, mais on s’intéresse aussi à d’autres mondes qui viendraient se greffer autour : art, life style et même musique.

Q : Beaucoup de nouveautés ont été présentées cette année à Baselworld. Quelle est selon vous la montre Hublot phare de cette année ?

R : La quintessence des 10 dernières années c’est d’avoir réussi notre propre mouvement. Il faut savoir d’où l’on vient : on vient de nulle part quelque part ! (Rires) On vient d’une marque qui faisait 90% de montres quartz, à une marque qui fait aujourd’hui pratiquement 100% de montres mécaniques. La performance pour rester positionné et faire partie des grandes marques horlogères suisses, c’est d’avoir créé l’Unico. Des chronographes totalement manufacturés à l’interne, il n’y en a pas beaucoup, les marques qui le font, se comptent sur les doigts d’une main. L’autre aspect se sont les matériaux et notamment le Magic Gold : inventer un or inrayable c’est quand même une performance. Donc je dirai que le modèle phare de cette année, c’est le modèle anniversaire : la Bing Bang Chronographe en Magic Gold. Elle représente la quintessence de ce que l’on a réussi à faire au cours des 10 dernières années : l’Unico et le Magic Gold.

votre avis nous interesse

ça va vous intéresser

Jean-Jacques Weber Président de la Fondation de l’Horlogerie
RJ – Romain Jerome change de direction
Richard Mille RM 50-03 McLaren F1
Swatch Group: Rachat d’actions propres
1ère édition du Hublot Design Prize

Découvrez

HUBLOT F1™ King Power Tourbillon
Romain Jérôme, le Jules Vernes de l’horlogerie
Le nouveau film d’animation OMEGA en 3D lève le voile sur la technologie Co-Axial de la marque
Nicolas Beau, Directeur Chanel Horlogerie 2/3
McIntosh Clock : Sobriété et élégance au service du temps
CLERC Odyssey Silicium