Hermès et sa Cape Cod

25 ans, un âge qui se vit pleinement. Vingt-cinq ans, un âge qui fixe la jeunesse sans la figer et annonce ce qui arrive, le plus souvent avec malice et enjouement. Vingt-cinq ans, l’âge d’une montre, dont on ne fête pas tant l’anniversaire que l’éternelle jeunesse.

Parce qu’après tout, il est un peu audacieux de demander son âge à un objet qui vous donne l’heure, c’est-à-dire qui vous situe dans le temps. Pourtant, la montre Cape Cod vit très bien tout cela : son âge, sa jeunesse, son élégance, sa fantaisie.

C’est qu’elle est née d’un désir fou et d’une vision singulière : ceux d’un homme qui l’inventa en dessinant un carré dans un rectangle. Facile à dire, pas simple à faire. Pourtant, inspiré par le maillon Chaîne d’ancre, Henri d’Origny l’a fait. Sans doute parce que son esprit était libre et que la montre qu’il imagina – lui qui dessinait plutôt des carrés de soie – était d’une évidence telle qu’elle fit le tour du monde.

Un succès amplifié par une idée de Martin Margiela lors de son premier défilé pour Hermès en 1998 : y greffer un bracelet double tour. Les ventes s’affolent, la montre Cape Cod devient une icône, quasiment un style en soi. Tout est possible, toutes les audaces, toutes les tentatives… Filles et garçons s’y reconnaissent et s’y retrouvent – question de style et de liberté.

La montre Cape Cod peut se permettre beaucoup. Et notamment d’accueillir en 2016 quelques nouveautés, qui la mènent plus loin encore. Un nouveau sertissage et un nouveau cadran en nacre. Une version masculine, prise dans une manchette. De nouveaux bracelets interchangeables, simple et double tour, entièrement réalisés à la main dans des couleurs éclatantes, bleu électrique, iris, capucine, vert Véronèse, ultraviolet, rouge tomate… Un nouveau cadran blanc laqué avec des bracelets à l’astiquage contrasté rouge pour un cuir de veau blanc, blanc pour un cuir de chèvre rouge. Enfin, des cadrans en pierres fines : de l’onyx, utilisé tout autant dans l’Art déco que par le Bauhaus, et du lapis-lazuli, qui va bien à la Cape Cod, ce joyeux talisman qui accompagne chacune des fantaisies et chacune des aventures de nos vies.

Photographies Joël von Allmen

votre avis nous interesse

Découvrez

A.L. Breguet : l’horloger de Waterloo
Les 50 montres les + stylées 2/10
Pascal Papé
Braquage chez Cartier à Paris
Wikimontre : Métiers d’art chapitre 2 : la marqueterie de paille
GRAHAM Chronofighter Fortress