Girard-Perregaux Cat’s eye la fenice

Il est des rencontres inspirées par la beauté qu’offre le monde des arts. Girard-Perregaux présente une pièce spectaculaire qui marie horlogerie, selon la vision d’excellence chère à la Maison, et haute joaillerie. Son nom se lit comme une invitation à rejoindre La Sérénissime et son théâtre mythique, La Fenice (le phoenix), l’une des plus belles scènes lyriques internationales. A lieu d’exception, pièce exceptionnelle. Et unique, car le destin de la Cat’s Eye La Fenice est de correspondre aux vœux de celle qui la portera et la fera sienne en la personnalisant.

Spectaculaire. Il ne pouvait en être autrement pour une pièce qui tire son inspiration de l’une des trois grandes maisons de l’Italie. Il y a la Scala de Milan, le San-Carlo de Naples, et pour compléter cette trinité qui porte l’opéra à son apogée, La Fenice à Venise. Néo-classique à l’extérieur, baroque à l’intérieur avec ses fresques, ses dorures, ses étages et ses loges cloisonnées à l’italienne, La Fenice est un lieu majeur de création. Son rideau rouge s’est levé sur des premières de légende, Hernani, Rigoletto ou encore La Traviata. Girard-Perregaux lui rend hommage en parant sa création d’un drapé de diamants que retient un nœud d’or blanc poli à la main.

Assister à un opéra à La Fenice est un événement qui ne saurait être vécu pleinement sans le dress code de rigueur. Revêtir ses plus beaux atours pour l’occasion participe au plaisir de la soirée. La Cat’s Eye La Fenice se veut à l’unisson des festivités en arborant plus de 200 diamants taille émeraude d’une qualité exceptionnelle. Le cadran présente un prodigieux décor de 83 diamants taille émeraude (env. 3.97 cts), ainsi que 10 diamants taille brillant (env. 0.21 cts). La taille émeraude a initialement été développée pour la pierre éponyme, sujette aux inclusions qui la rendent fragile à travailler. La forme rectangulaire aux coins obliques la protège de l’effort mécanique. La taille émeraude sied également au diamant en révélant à la fois son éclat et sa transparence. Sur cette pièce, le sertissage, du cadran comme du boîtier, a été effectué selon la technique dite « Clou de Paris ». Elle consiste à fixer plusieurs pierres autour d’une tige – le « clou » – qui est ensuite coupé et limé au niveau des diamants dont le calibrage doit être d’une précision rigoureuse. Ce pavage produit un effet miroir qui décuple le feu des pierres.

Le rideau de diamants est maintenu par un ruban suspendu au-dessus d’une marqueterie de nacre découpée. Cette nacre est peinte à la main selon un dégradé de couleurs personnalisable. La palette est laissée à l’entière discrétion de celle qui choisira la montre, envolées de parme, de pourpre ou de grenat. Délicatesse des pastels ou inspiration naturaliste avec du vert mousse ou du marron glacé. Les reflets irisés de la nacre font écho à la radiance des diamants. La couleur sur la partie inférieure du cadran donne un esprit haute couture à la pièce. Girard-Perregaux réserve à la détentrice de la Cat’s Eye La Fenice le privilège de se faire exécuter un bracelet en Alligator de l’exacte nuance choisie pour la marqueterie de nacre.

Cette pièce d’exception accueille dans son boîtier en or blanc un mouvement Maison à remontage automatique avec fonctions heures et minutes et doté d’une réserve de marche de 46 heures. Le fond fermé de la montre est un espace supplémentaire que Girard –Perregaux a souhaité dédier à la personnalisation. Plusieurs motifs de gravure en relation avec l’univers du théâtre sont ainsi proposés par la manufacture. Ils composent un décor délicat pour les noms ou les messages qui viendront les rejoindre.

La Cat’s Eye La Fenice est livrée avec un bracelet additionnel en Alligator noir sur une boucle sertie de 14 diamants taille brillant.

votre avis nous interesse

Découvrez

A.L. Breguet : l’horloger de Waterloo
Les 50 montres les + stylées 2/10
Pascal Papé
Braquage chez Cartier à Paris
Wikimontre : Métiers d’art chapitre 2 : la marqueterie de paille
GRAHAM Chronofighter Fortress