Vacheron Constantin Overseas is the new black

Il y a vingt ans, Vacheron Constantin avait fait de sa montre Overseas le symbole d’un plaisir horloger tourné vers le voyage et l’évasion. En 2016, la manufacture genevoise a ouvert de nouveaux horizons pour son modèle emblématique au travers d’une collection au design revisité mais perpétuant son esprit initial. Réunissant puissance et distinction, tempérament sportif et raffinement, notamment avec son cadran bleu évoquant l’univers marin, cette génération Overseas avait réussi la synthèse de la performance et du style.

L’année 2018 est marquée par l’émergence d’une version à cadran noir mis en valeur par les reflets du boîtier en acier.

Lunette caractéristique à six pans, mouvements automatique manufacture, bracelets interchangeables, tout ce qui assure la signature visuelle et les qualités horlogères de la collection Overseas se retrouve dans cette déclinaison inédite.

A l’aise dans toutes les situations et dans tous les styles, le modèle Overseas cadran noir est proposé en deux versions : 3-aiguilles automatique pleine de sobriété et chronographe. Pour ce dernier, Vacheron Constantin a privilégié la lisibilité en choisissant la couleur argentée pour les trois compteurs additionnels. Ce principe esthétique baptisé « panda » puise ses origines dans les garde-temps des années 60 dédiés au sport automobile.

Le contraste clair/sombre garantit une meilleure visibilité et souligne les indications fournies par la fonction chronographe.

La version chronographe est animée par le Calibre 5200 à remontage automatique, dont la masse oscillante en or 22 carats décorée d’une rose des vents est visible au travers d’un fond saphir. Équipé d’un double barillet, ce mouvement est pourvu d’une roue à colonnes assurant le lancement, l’arrêt et la remise à zéro de la fonction chronographe et dispose par ailleurs d’un embrayage vertical. Un dispositif technique qui empêche tout saut d’aiguille éventuel à l’instant du démarrage du chronographe.

Créé pour faire d’Overseas une collection horlogère en harmonie avec son temps, le concept d’interchangeabilité du bracelet initié il y a deux ans se retrouve sur les nouveaux modèles cadran noir. La montre joue ainsi la carte de la modularité et de la personnalisation en offrant la possibilité d’être portée sur un bracelet en métal dont les maillons dessinent des demi-croix de Malte (version décontractée), en cuir (version chic) ou bien en caoutchouc (version sport) et ce, sans l’aide du moindre outil…

votre avis nous interesse

Découvrez

TAG Heuer MikropendulumS 100ième de seconde Chronographe Concept
Pulsar Automatique : mécanique accessible
Stars en Piaget aux Oscars
Tag Heuer en pointe à Courchevel
Une série de montres GULF par BRM
TAG Heuer et le rugby à 7